Convention avec la Société des explorateurs français

Emmanuel Veron

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Le FDBDA et la Société des explorateurs français signent une convention afin de récompenser celles et ceux qui apportent un éclairage au service d’une meilleure compréhension du monde et de l’intelligence entre les peuples.


Fondée en 1937, la Société des explorateurs français est chargée de regrouper les grands voyageurs qui contribuent à la connaissance des régions mal connues de la Terre, ceux qui entreprennent une recherche originale dans des zones très difficiles d’accès, qui approchent des tribus oubliées ou conquièrent des cimes inviolées, ceux qui tentent des routes maritimes extrêmes ou naviguent sur des rivières peu fréquentées, qui découvrent le monde souterrain et les faces cachées de notre planète.


Le Fonds de dotation Brousse dell’Aquila (ci-après FDBDA) souhaite s’engager, auprès de la Société des Explorateurs Français, pour une durée initiale d’un an renouvelable, à doter le lauréat d’un prix décerné

conjointement. Par cette action, le FDBDA, conformément à son objet souhaite encourager en France et dans l’Union européenne la connaissance du monde.


Une convention d’une durée initiale d’un an a été signée entre la Société des explorateurs français et le FDBDA au printemps dernier.

Dans le cadre de cette convention, nous sommes heureux et très honorés de remettre à François Garde notre prix commun pour son ouvrage Marcher à Kerguelen publié aux Editions Gallimard.

La cérémonie de remise des prix du FDBDA se tiendra le jeudi 3 décembre au Yacht Club de France. Cette cérémonie sera aussi l’occasion de récompenser une entreprise ainsi qu’un industriel en lien avec la mer.

François Garde, ancien administrateur supérieur des TAAF, continue avec élégance, talent et finesse de dépeindre ses périples lointains. Longtemps, François Garde a rêvé de traverser à pied Kerguelen, île du sud de l’océan Indien, important élément du domaine maritime français situé au-delà des quarantièmes rugissants. Le temps d’une marche de vingt-cinq jours, souvent périlleuse, en complète autonomie, ce rêve est devenu réalité. Dans Marcher à Kerguelen, prix du FDBDA et de la Société des explorateurs français, François Garde nous fait découvrir cette île hors du temps dans laquelle l’homme n’a pas laissé de traces.  Sur les reliefs puissants et somptueux d’une nature sans chemins, sur le sol souvent gorgé d’eau, sur la pluie, le froid, la neige et aussi sur le vent qui ne siffle pas faute d’arbres mais soulève les cascades, il porte non seulement un regard d’explorateur, mais aussi de poète. L’évocation de ces vingt-cinq jours rencontre l’imaginaire du lecteur et lui fait aussi découvrir la plénitude et le bonheur constants éprouvés par l’auteur pour lequel ces jours de marche furent aussi un voyage intérieur.François Garde, ancien administrateur supérieur des TAAF, continue avec élégance, talent et finesse de dépeindre ses périples lointains. Dans Marcher à Kerguelen, prix du Fonds de dotation Brousse dell’Aquila et de la Société des Explorateurs français, François Garde raconte les vingt-cinq jours de traversée intégrale de l’île de Kerguelen, sans sentier, à travers les reliefs puissants et majestueux, sous la pluie et dans le vent, toute proche des quarantièmes rugissants. En autonomie totale, François Garde et ses compagnons donnent du sens à l’aventure, dans ce territoire (quasi) vide d’hommes du sud de l’océan Indien, partie importante du domaine maritime français.

Cet ouvrage sera édité sous une version album Beaux Livres chez Gallimard, Parution prévisionnelle : 08-10-2020.

Rendez-vous début décembre pour la remise du prix à François Garde.

François Garde, Marcher à KerguelenGallimard, 240 p., 19,50 € .

François Garde est un haut fonctionnaire français, aujourd’hui juge administratif. Il a également été membre de cabinets ministériels, administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), de 2000 à 2005, ancien secrétaire général du gouvernement de la Nouvelle Calédonie, de 2008 à 2009, directeur de la station de Val d’Isère, de août 2009 à août 2010, Secrétaire général de la Nouvelle-Calédonie.

François Garde est aussi écrivain. Son œuvre particulièrement riche amène le lecteur tant dans les Outre-mer que dans les milieux montagnards. Parmi ses œuvres principales : Ce qu’il advint du sauvage blanc en 2012 (Prix Goncourt du premier roman), Pour trois couronnes en 2013, La baleine dans tous ses états en 2015, L’effroi en 2016, Petit éloge de l’outre-mer en 2018, Roi par effraction en 2019, La position des Pôles.  Petit traité de géopolitique subjective en 2019, ou encore Lénine à Chamonix en 2020.

François Garde

Marcher à Kerguelen

Photographies de Bertrand Lesort et Michaël Charavin

Albums Beaux Livres, Gallimard

Parution : 08-10-2020

Feuilleter le livre

Retrouvez tous les ouvrages de François Garde.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et recevez tous les derniers articles