Comment la crise sanitaire remet en cause la puissance chinoise

Emmanuel Veron

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Emmanuel Véron, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) – USPC

La Chine n’a jamais été aussi puissante qu’aujourd’hui. Même sous les Tang (618-907), le rayonnement de l’Empire et son influence n’avaient pas l’aura actuelle. Pourtant, l’émergence de la RPC induit une succession de crises et de tensions dans ses périphéries et à son centre. La crise du coronavirus (ci-après Covid-19) a provoqué une perturbation très importante et durable de l’économie en Chine puis, du fait de la forte dépendance économique et industrielle du reste de la planète envers Pékin, une possible récession mondiale. Cet article propose de dégager quelques réalités politiques et stratégiques de la Chine aujourd’hui.


À lire aussi : Coronavirus : le point sur la couverture internationale de The Conversation


Une crise qui s’ajoute à d’autres

Partie de Wuhan fin décembre 2019, l’épidémie du Covid-19 a rapidement gagné l’ensemble du pays, de l’Asie et du monde, sans pour autant être qualifiée à ce jour de pandémie par l’OMS. Cette crise vient s’ajouter à une série de difficultés au pourtour du pouvoir central, qui ont revigoré le sentiment d’être assiégé que ressent la RPC : Hongkong, Taïwan, Xinjiang, Tibet et frontière avec l’Inde, mer de Chine méridionale… sans oublier, bien sûr, la guerre commerciale et technologique avec les États-Unis. Alors que Pékin promeut les « Nouvelles routes de la soie » (ou « Belt and Road Initiative »), moteur d’une meilleure connectivité et d’une stimulation accrue du commerce international, ces différentes zones sont au contraire structurées par leur militarisation accrue. En ce sens, les formules mises en avant par le régime de « guerre contre le virus », « guerre du peuple contre le diable » ou « Wuhan, ville des héros » procèdent de la même politique de soft power interne, destinée à galvaniser le « peuple » en promouvant une rhétorique martiale pour protéger la Chine d’une possible désunion.

Conséquence des mesures drastiques de confinement et de quarantaine : les flux humains et de marchandises sont encore très réduits, affectant durablement les chaînes de production et d’approvisionnement. La reprise n’est encore que très limitée. Avec environ 20 % du PIB mondial et un quart des échanges mondiaux de conteneurs, l’intégration de la Chine dans la mondialisation s’est accélérée depuis son adhésion à l’OMC en 2001. Dans le même temps, la dépendance des économies internationales à la Chine a changé la donne. En 2018, la Chine représentait 2 632 milliards de dollars d’exportation pour 2 134 milliards d’importations avec dans les deux sens une empreinte internationale hétérogène mais globale. Le commerce avec Pékin représente une part non négligeable de la plupart des économies nationales. C’est en Asie que cette part pèse le plus (plus de 40 %). L’interdépendance économique et commerciale forge comme jamais la géopolitique et les rapports de force stratégiques. Alors que le FMI suit méticuleusement les effets de la crise du Covid-19, une récession majeure pourrait paradoxalement venir du moteur de la croissance mondiale.

En interne, la situation économique chinoise reste assez opaque. L’activité manufacturière est à son plus bas niveau malgré la reprise partielle du travail. Le coup porté par cette crise va encore ralentir une croissance déjà en situation de tassement, affecter plusieurs secteurs de la consommation intérieure (le secteur des services est particulièrement impacté) et conforter la place de l’État dans l’économie nationale (grands plans de relance à l’instar de la crise de 2008). Les objectifs 2020 fixés par le pouvoir autour de Xi Jinping peineront à être atteints (petite et moyenne prospérité, environnement, réforme et assainissement des finances, éradication de l’extrême pauvreté). Le Parti-État devra faire face pour contenter son immense population une fois la crise sanitaire disparue.

Diplomatie chinoise et isolement

Puissance économique et diplomatique, la Chine est mise à l’épreuve par la crise. Plutôt critiqué pour son manque de réactivité, de transparence et d’acceptation du soutien et de l’aide de pays étrangers, le régime a rapidement renforcé le contrôle d’Internet et des réseaux sociaux chinois ; élaboré un discours calibré, diffusé dans les chancelleries à travers le monde ; et consolidé son influence à l’OMS. Paradoxalement, ces réactions du Parti-État attestent de l’isolement diplomatique de la Chine. Rappelons, à cet égard, que ses plus proches « alliés » ou partenaires stratégiques ont rapidement fermé leurs frontières (Russie, Corée du Nord, Népal, etc.).

La crise, désormais mondiale, relance le débat politique sur l’efficacité comparée des réponses apportées par les régimes autoritaires et des régimes démocratiques. Les fréquentes joutes verbales dans lesquelles s’engage la diplomatie chinoise visent à convaincre une opinion mondiale qui s’interroge davantage sur la durabilité de la crise sanitaire (partie de Chine) et sur ses effets économiques et humains que sur la supposée efficacité d’un régime autoritaire.

Au contraire, la gestion par Pékin de la crise provoque une série de questionnements d’ordre éthique. L’amplification de l’utilisation des outils numériques pour tracer et identifier les malades, ainsi que le développement de l’e-commerce, du télétravail et de l’enseignement à distance ont certes permis, en quelques semaines, une ascension de l’économie numérique ; mais tout cela a également favorisé l’expansion des moyens de contrôle cybernétiques du régime sur la société, succédant immédiatement à un contrôle strict de l’espace numérique (après les revendications d’internautes pour plus de transparence et rendre des comptes à propos de la mort du médecin Li).

La responsabilité internationale d’une grande puissance comme la Chine interroge. Le régime présente des difficultés à répondre aux demandes et aux critiques de son voisinage proche et du reste du monde. Pour autant, sur le plan intérieur, le pouvoir central n’est pas ébranlé. À l’opposé, l’image générale du pays ne s’améliore pas, malgré un fort volontarisme diplomatique et médiatique (prise en charge et guérison de malades, construction d’hôpitaux en un temps record, messages rassurants…).

Le contraste avec la gestion de crise à Taïwan ou en Corée du Sud est très éloquente (contrôle préventif, transparence de l’information, etc.). Dans le même temps, les autorités chinoises ont initié une réécriture de l’histoire et mettent en doute l’origine chinoise du Covid-19 par la voix officielle du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de Pékin. Le régime tentera de démontrer la supériorité de son modèle de gouvernance en spéculant sur la durée de la crise, en particulier dans les pays démocratiques. Une sortie de crise utile pour le Parti-État craignant la perte de confiance du peuple et la perte de légitimité pour gérer le pays.

Du ralentissement à la relocalisation ?

Il est encore difficile d’évaluer l’impact de la crise du coronavirus sur l’économie mondiale. Les marchés boursiers accusent le coup et les effets sur l’économie réelle ont commencé à se faire sentir. Si quatre grands secteurs sont touchés en bourse (transports aérien et maritime, tourisme, luxe et textile et la tech), l’ensemble du commerce mondial est affecté. Les grands groupes, et plus encore les PME, attendent la fin du mois de mars pour dresser le bilan à l’issue du premier trimestre. La dispersion planétaire du coronavirus se superpose parfaitement avec la mondialisation chinoise tant du point de vue industriel que sanitaire (pas un pays, pas un secteur économique n’est potentiellement à l’abri). La très grande concentration de la production manufacturière (environ 30 %) mondiale se situe en Chine.

Progressivement, l’ensemble des pays du globe réalisent leur grande dépendance à la Chine (industrie pharmaceutique : 90 % de l’insuline et 80 à 85 % des principes actifs pour les médicaments ; chaussures : 60 % ; téléphonie mobile : 70 % ; transport maritime…). Le modèle qui a prévalu depuis l’entrée de Pékin à l’OMC est remis en cause, conduisant potentiellement vers une récession. Si l’économie digitale va connaître un essor certain en Chine avec la crise du Covid-19, il n’en demeure pas moins que les chaînes de transport international sont désorganisées en profondeur.

Les deux décennies passées ont donné à la Chine les clés géo-économiques d’une stratégie mondiale marquée par une interdépendance généralisée. Aujourd’hui, au début d’une crise dont on ne connaît encore ni l’issue ni l’ampleur, une logique de réduction de la dépendance envers la Chine serait nécessaire à l’Europe. Relocaliser une partie des productions manufacturières au sein de l’UE ou dans son environnement régional lui permettrait de répondre économiquement, politiquement et sociologiquement à plusieurs de ses problématiques par une stratégie de moyen et long terme.

Emmanuel Véron, Enseignant-chercheur – Ecole navale, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et recevez tous les derniers articles